audrey marin-pache

Vouliez-vous devenir écrivain quand vous étiez petite ?

C’était un de mes rêves (l’autre grand objectif étant de faire le tour du monde, objectif à moitié atteint à ce jour !). Mais je ne pensais pas sérieusement m’y mettre un jour, je ne me sentais pas légitime pour cela.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire des livres ?

Je lis énormément, depuis toute petite, et chaque fois que je referme un bon roman, j’ai envie d’écrire une belle histoire à mon tour… J’ai ainsi commencé des centaines d’histoires, toujours inachevées à ce jour. Le déclic, ça a été la naissance de mes enfants. J’espère leur donner les clés pour être des adultes équilibrés, confiants en eux, en leurs capacités, n’hésitant pas à se lancer dans leurs projets les plus fous. Et pour cela, quel meilleur moyen que de leur montrer le bon exemple ?

Avez-vous d’autres passions que l’écriture ?

Pas une grosse passion, mais beaucoup de petites, je suis une touche-à-tout. J’ai longtemps fait de la photographie, du théâtre (auquel je m’étais remise cette année, malheureusement, avec le confinement, la reprise a été courte !). Je fais de la musique (guitare principalement, de l’escrime artistique, un peu de dessin (pas assez à mon goût), j’ai beaucoup voyagé (et espère bien repartir encore souvent). J’aime aussi beaucoup jouer (que ce soit sur le pc ou bien jeux de rôles et jeux de société).

Quels sont les bons et les mauvais côtés du métier d’auteur ?

Je ne suis pas sûre de pouvoir vraiment répondre à cette question, puisque autrice n’est pas mon principal métier. Par conséquent, j’échappe à ce qui me semble être le gros point négatif : la difficulté d’en vivre, la pression que cela doit probablement engendrer. Finalement, je n’ai que les bons côtés : le plaisir d’allier travail et passion, la satisfaction de produire quelque chose, de toucher les gens parfois. Les belles rencontres, en salons, en dédicaces, en ateliers d’écriture…

Enfin, j’ai apprécié de débuter en autoédition, car cela permet de toucher un peu à toutes les étapes de la création d’un livre. Et en même temps, de mieux profiter maintenant du fait d’être éditée !

Où écrivez-vous ? À quel moment de la journée ? Combien de temps consacrez-vous à l’écriture ?

Quand je peux, où je peux… Je n’ai pas du tout de routine à ce niveau-là, je m’arrange comme je peux entre le travail, la gestion des enfants et mes autres activités. Je peux donc écrire par sessions de 5-10 minutes entre deux sollicitations enfantines ou bien 3h d’affilée au calme dans mon bureau…

Cependant, dans l’idéal, c’est le soir, dans mon bureau avec un stock de thé, la certitude de ne pas être dérangée pendant plusieurs heures. J’aime également beaucoup écrire dans le train, avec un peu de musique.

Travaillez-vous sur ordinateur ou sur papier ?

J’écris sur tous supports, selon où je me trouve : j’ai un carnet pour noter des idées un peu partout, je prends également des notes sur mon téléphone dans les transports, mais je fais le gros de la rédaction sur pc (et bien sûr, toute la partie relecture et mise en page).

Dans l’idéal, il me faut mon double écran pour bien travailler : un pour écrire, et l’autre pour afficher mon fichier Excel avec mon découpage par chapitre, mes fiches de personnages, de lieux…

Quel est votre livre préféré ?

Pendant longtemps, les romans de Bernard Werber ont été ma référence (particulièrement Les Thanatonautes et Le père de nos pères), maintenant, je suis surtout une grande fan des romans historiques de Ken Follett (Les trilogies du Siècle et Les piliers de la Terre sont de vrais chef-d ‘œuvres !). En fantasy, j’ai un faible pour les romans de Robin Hobb (je relis régulièrement L’assassin royal, ainsi que les aventuriers de la mer). Sinon, en vrac, j’adore la plupart des Stephen King, des Masterton, Lovecraft, Asimov, les Harry Potter bien sûr, …

… On avait dit un livre ?

Où trouvez-vous votre inspiration ?

Je note énormément d’idées, je dois avoir des carnets entiers de notes plus ou moins intéressantes. Ça peut venir de lectures, de jeux, de discussions, de rêves… Et puis de temps en temps, une idée, une phrase sort du lot. Alors j’essaye de la développer. Et parfois, ça débouche sur un livre…

Vos histoires sont-elles tirées de faits réels, d’anecdotes personnelles ?

Pour la trilogie de L’éclat et l’ombre et pour Dans le noir, pas vraiment. Certains personnages sont inspirés (très vaguement) de réelles personnes, mais le but n’était pas de représenter une personne en particulier. Les personnages de Batahan et Eto sont par exemple un condensé de plusieurs hommes croisés dans la vraie vie.

Pour le roman sur lequel je travaille actuellement en revanche, je m’inspire énormément de personnes existantes (et cela rend l’écriture beaucoup plus laborieuse).

Improvisez-vous au fil de l’histoire ou connaissez-vous la fin avant d’écrire ?

Avant de me lancer dans l’écriture proprement dite, je prépare toujours un plan. Je sais comment commencera l’histoire, comment elle se terminera, et j’ai les grandes lignes de l’intrigue. Mais il reste de grosses zones d’ombre lorsque je commence à écrire. J’écris une première version, et ensuite, j’ai un très gros travail à faire pour complexifier l’histoire et donner de la cohérence à l’ensemble. A titre d’exemple, pour mon nouveau projet, j’ai écrit une première version assez simple, avec 3 personnages principaux. Je suis actuellement sur la réécriture, j’ai maintenant 7 personnages principaux et autant d’histoires à entremêler.

Combien de temps passez-vous à écrire un livre ?

Cela dépend du livre…

Pour L’éclat et l’ombre, cela a été plutôt rapide. J’ai préparé mon plan pour les trois livres d’un coup, et l’écriture a été assez rapide (il faut dire que j’étais en congé maternité pour l’écriture du premier tome). L’écriture proprement dite a duré 3 mois environ pour le premier tome (sans compter bien sur la préparation en amont et les corrections par la suite). Pour le deuxième tome, environ 6 mois. Et pour le troisième, j’ai profité du NaNoWriMo pour avancer rapidement, il m’a donc fallu 3 mois.

Pour mon nouveau projet, c’est beaucoup plus laborieux (et l’ouvrage devrait être un peu plus conséquent, cela joue aussi). J’en suis pour le moment à 7 mois d’écriture par intermittence.

Parlez -nous de vos ouvrages

- La trilogie L’éclat et l’ombre est une série young adult dans laquelle on suit les aventures d’Eryn, une jeune femme aux talents particuliers…Dans le monde de L’éclat et l’ombre, chaque personne reçoit à la naissance l’éclat, un pouvoir unique. Eryn a reçu un éclat de soin, rare et précieux. Dangereux aussi, puisque depuis quelques temps, les soignants de tout le royaume disparaissent mystérieusement…

- Dans le noir est un petit projet moins abouti, j’étais très contente de mon idée de départ, mais je n’ai pas réussi à en sortir quelque chose de satisfaisant (raison pour laquelle Dans le noir est disponible gratuitement en ebook). Peut-être le développerai-je un jour en « vrai » roman… On y suit deux héroïnes : une aveugle et une jeune fille avec des hallucinations, qui voit des monstres partout. Les deux se retrouvent à faire face ensemble à une attaque sur la ville de Nantes. Extraterrestres ? Ou humains ? L’une ne voit peut-être pas la vérité, l’autre ne peut se fier qu’à ce qu’on lui dit…

Et la suite ?

Pour mon prochain roman, on reste sur de la fantasy, mais dans un autre monde que L’éclat et l’ombre (encore que… peut-être que ce nouveau roman donnera quelques informations sur les dieux de L’éclat et l’ombre !)

Cette histoire touche à plusieurs choses très personnelles, ce qui la rend délicate à écrire. Elle m’a été inspirée par la mort d’un ami, il y a maintenant 6 ans. Depuis, s’y est greffé un héros hémophile (mon fils étant atteint par cette maladie, je voulais lui donner un héros qui lui ressemble). D’autres personnages sont inspirés par des personnes que je côtoie… J’espère pouvoir achever ce projet avant la fin de l’année !